CHLEM : à propos d'histoire

Histoire locale de Leval-Trahegnies, Epinois et Mont-Sainte-Aldegonde
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Question aux Belgicains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Patrice
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 317
Age : 60
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 04/04/2005

MessageSujet: Question aux Belgicains   Mar 5 Déc 2006 - 0:40

Quelle est l'origine des 3 couleurs du drapeau belge ?
Qui a écrit la Brabançonne et en quelle année ?

Vous êtes priés de m'épargner que le jaune signifie l'or des casques, le noir, le deuil et le rouge le sang des soldats de 14 ! Le drapeau date quand même d'avant la 1ère guerre !

Cela doit se trouver sur internet. Pas été voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acide.skynetblogs.be
elcarolo
Hyper actif
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: reponse   Mer 6 Déc 2006 - 10:04

Drapeau belge :Cela vient de la corcarde brabanconne lors de la révolution contre les autrichiens (30 mai 1787)les couleurs sont comparables à celles des comtés de Flandre, de Hainaut et de Namur.

La brabanconne: composée par Jenneval (Louis Alexandre Dechez) et le musicien Van Campenhout en 1830
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 317
Age : 60
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 04/04/2005

MessageSujet: Re: Question aux Belgicains   Mer 6 Déc 2006 - 13:27

Ce qu'il y a de vrai dans ce que tu as écrit, c'est que cela vient effectivement de la révolution brabançonne.
Le reste tu peux le ranger aux rayons des légendes.
Tu dois savoir qu'en Belgique, la seule institution qui n'a pas varié d'un iota depuis 1830, c'est LE MENSONGE, sous toutes ses formes. Du mensonge franc et massif au mensonge par omission en passant par l'arrangement de la vérité.
Je ne sais où tu as été pêcher ces renseignements mais il faut les ranger dans la dernière catégorie.

Bien à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acide.skynetblogs.be
elcarolo
Hyper actif
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: question aux belgicains   Mer 6 Déc 2006 - 14:03

Bin patrice, mes connaissances en histoire acquisent à l'école St Martin (Quand Michel y étais directeur) et au Collège Notre Dame de Bon Secours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elcarolo
Hyper actif
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: drapeau belge   Mer 6 Déc 2006 - 14:16

Le drapeau à bandes trouve l'origine de ses couleurs dans le drapeau des Ducs de Brabant, qui est à l'origine du drapeau actuel.
On a juste repris les couleurs de ce drapeau, qui est noir, avec un lion jaune avec des griffes et une langue rouge. Il a d'ailleurs été, pendant un temps, à bandes horizontales mais on l'a changé par la suite.
Les couleurs du drapeau signifient force (noir), sagesse (jaune) et courage (rouge).


alors ca dois etre ca patrice non????????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 317
Age : 60
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 04/04/2005

MessageSujet: Re: Question aux Belgicains   Mer 6 Déc 2006 - 14:33

Tu avances. Il est vrai que le drapeau belge fut tout d'abord conforme au drapeau allemand actuel. Il est vrai que c'est effectivement dans le drapeau des Ducs de Brabant qu'il faut chercher la solution.
Ta dernière phrase est de la plus haute fantaisie. Laughing
Mais pourquoi les bandes du drapeau ont-elles changé de sens ? Et qui a écrit les paroles de la Brabançonne ? Et pourquoi l'hymne belge (est-il encore national ?) s'appelle-t-il comme ça ?
Je peux comprendre ton désarroi. L'enseignement et tout particulièrement catholique s'est arraché les cheveux, a déployé des trésors d'imagination, a du se confesser moultes et moultes fois pour avoir proféré tant de mensonges, a réécrit à sa façon l'histoire de l'espace belge (jusqu'à le faire remonter à Jules César pour les plus extrémistes ! scratch ), bref a pollué de façon parfois irréversible les esprits de ses jeunes.
Mais je te le promets, le CHLEM est en croisade pour rétablir la vérité ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acide.skynetblogs.be
aricover
insatiable


Nombre de messages : 257
Localisation : Brabant flamand
Date d'inscription : 07/11/2007

MessageSujet: Question aux Belgicains   Mar 11 Déc 2007 - 18:44

Voici ce que j'ai trouvé sur Wikipedia mais je ne garantis rien!


La Brabançonne

La Brabançonne est l'hymne national de la Belgique. Les paroles existent en français, en néerlandais et en allemand. Les paroles originales ont été créées en français ; les deux autres versions officielles (en néerlandais et en allemand) sont donc des adaptations de la version française.

Histoire]

Selon la légende, l'hymne fut écrit en septembre 1830 par un jeune révolutionnaire d'origine française nommé Jenneval, qui lut les paroles durant une réunion au café L'Aigle d'Or.
Historiquement, La Brabançonne fut bien écrite par Jenneval, dont le vrai nom était Alexandre Dechet. Il était acteur du théâtre où fut déclenchée en 1830 la révolution qui devait mener à l'indépendance de la Belgique des Pays-Bas. Durant la guerre d'indépendance, Jenneval fut tué. La musique a été composée par François Van Campenhout et la chanson jouée pour la première fois en septembre 1830.
En 1860, le texte et la musique furent adaptés par le premier ministre, afin d'atténuer les attaques de Jenneval contre le Prince d'Orange néerlandais.
La musique de La Brabançonne a été si souvent modifiée par les arrangeurs que le ministre de la guerre belge, par un arrêté du 5 juin 1873, a prescrit aux musiques militaires d'avoir à se conformer à une partition arrangée par Bender, inspecteur des musiques de l'armée belge.
Versions
En français


La Brabançonne - Bruxelles
Texte Original :
Après des siècles d'esclavage,
Le Belge sortant du tombeau
A reconquis par son courage
Son nom, ses droits et son drapeau.
Et ta main souveraine et fière,
Désormais, peuple indompté,
Grava sur ta vieille bannière :
Le Roi, la Loi, la Liberté !
Grava sur ta vieille bannière :
Le Roi, la Loi, la Liberté !
Le Roi, la Loi, la Liberté !
Le Roi, la Loi, la Liberté !
Une loi de 1953 donne comme version officielle cette version-ci :
Pays d'honneur ô Belgique ô Patrie !
Pour t'aimer tous nos cœurs sont unis.
A toi nos bras notre effort et notre vie.
C'est ton nom qu'on chante et qu'on bénit.
Tu vivras toujours fière et belle,
Plus grande en ta forte unité
Gardant pour devise immortelle :
Le Roi, la Loi, la Liberté !
Gardant pour devise immortelle :
Le Roi, la Loi, la Liberté !
Le Roi, la Loi, la Liberté !
Le Roi, la Loi, la Liberté !
Différentes commissions ont été chargées d'examiner le texte et la mélodie de " La Brabançonne " et d'en établir une version officielle. Une circulaire ministérielle du Ministère de l'Intérieur du 8 août 1921 décrèta que seule la 4e strophe du texte de Charles Rogier devait être considérée comme officielle, tant en français qu'en néerlandais. Les étudiants de l'université catholique de Louvain (UCL) chantent uniquement ce couplet. La voici : 1

O Belgique, ô mère chérie,
A toi nos cœurs, à toi nos bras,
A toi notre sang, ô Patrie !
Nous le jurons tous, tu vivras !
Tu vivras toujours grande et belle
Et ton invincible unité
Aura pour devise immortelle :
Le Roi, la Loi, la Liberté !
Le Roi, la Loi, la Liberté !
Le Roi, la Loi, la Liberté !
En néerlandais : De Brabançonne
O dierbaar België, O heilig land der vaad'ren
Onze ziel en ons kracht zijn u gewijd.
Aanvaard ons hart en het bloed van onze adren,
Wees ons doel in arbeid en in strijd.
Bloei, o land, in eendracht niet te breken;
Wees immer u zelf en ongeknecht,
Het woord getrouw, dat ge onbevreesd moogt spreken:
Voor Vorst, voor Vrijheid en voor Recht.
Voor Vorst, voor Vrijheid en voor Recht.
Voor Vorst, voor Vrijheid en voor Recht.
En allemand : Die Brabançonne
O liebes Land, o Belgiens Erde,
Dir unser Herz, Dir unsere Hand,
Dir unser Blut, dem Heimatherde,
wir schworen's Dir, o Vaterland!
So blühe froh in voller Schöne,
zu der die Freiheit Dich erzog,
und fortan singen Deine Söhne:
Gesetz und König und die Freiheit hoch!
Gesetz und König und die Freiheit hoch!
Gesetz und König und die Freiheit hoch!
Anecdote]
La Brabançonne n'est pas seulement le nom de l'hymne national belge, c'est aussi un monument de la place Surlet de Chokier à Bruxelles. Ce monument contient quelques fragments de l'hymne dans ses deux langues.
Parodies]
Comme beaucoup de chants et chansons célèbres, La Brabançonne a donné lieu à des parodies humoristiques ou politiques.
Voici par exemple, une version joyeuse proposée par de facétieux spéléologues languedociens :

LA BRABANÇONNE DU SPÉLÉO
Refrain :
Ô calcaire ! Ô karst chéri !
A toi nos heures, à toi nos jours
A toi nos week-end, sol béni
Nous savons bien que pour toujours
Tu seras foré au marteau
Et au burin et à la barre
Avec pour nous un seul credo :
Le Spit, le Kit, et le Pétard (Ter)

Couplet 1:
Après des mois de prospection
Le belge sortant ses outils
A reconquis avec passion
Le puits, la salle, la galerie,
Dans les tréfonds il s’est lancé
Son casque brillant tel un phare
De matos neuf il est bardé
Le Spit, le Kit, et le Pétard (Ter)
Refrain

Couplet 2 :
Marche de ton pas élastique,
Marche de coulées en coulées !
Dieu qui protège la Belgique
T’offre cette première beauté.
Désobons! Notre perfo donne
A nos rocs leur fécondité
Et la splendeur du karst couronne
Le Spit, le Kit, et le Pétard (Ter)
Refrain




La Révolution brabançonne pour origine
]
Au lendemain de la représentation de la Muette de Portici (26 août 1830), des drapeaux aux couleurs les plus variées sont arborés dans la ville de Bruxelles. Mais le drapeau français flotte sur la façade de l'Hôtel de Ville. Alarmé par cette tentative de récupération de la Révolution par les partisans de la France et par les meneurs étrangers, Lucien Jottrand, avocat et journaliste à la rédaction du Courrier des Pays-Bas, charge son ami Édouard Ducpétiaux de faire revivre les couleurs déployées lors de la Révolution brabançonne de 1790 et l'éphémère États-Belgiques-Unis.
Comme déjà, en février 1790, les partisans de la France avaient tenté de diffuser le drapeau français à Bruxelles, Ducpétiaux se précipite vers la Grand-Place, et à quelques pas de là, au coin de la rue de la Colline, fait irruption dans le magasin d'aunage des époux Abts. Marie Abts confectionne sans tarder deux drapeaux composés de trois bandes de mérinos, placées horizontalement.
Le premier ira flotter à l'Hôtel de Ville à la place de l'étendard français ; le second est pris en charge par un ami de Ducpétiaux, Alexandre Vanhulst, afin d'être brandi à la tête de la première compagnie de la Garde bourgeoise et de rallier le peuple bruxellois à la cause nationale. Dans la soirée le drapeau belge a complètement remplacé le drapeau français dans les rues de Bruxelles.
Le 30 septembre, le gouvernement provisoire adopte officiellement le drapeau national, imité bientôt par le Congrès national, dont les couleurs ont pour origine celles de l'écu de l'ancien duché de Brabant. La répartition horizontale est celle de 1787, lors de la libération des provinces belges de l'empereur Habsbourg Joseph II d'Autriche par les Brabançons.
Vers le drapeau actuel
Le 30 octobre toute l'armée, y compris les Gardes urbaines, est tenue de porter la cocarde nationale.
Quelques mois plus tard, un arrêté du gouvernement provisoire du 23 janvier 1831, décrète la disposition verticale des couleurs, le rouge à la hampe. Le 7 février le drapeau national fait l'objet d'un article de la Constitution, et, le 12 octobre, sous l'impulsion du département de la marine qui veut faire concorder le pavillon maritime et le drapeau national, le noir vient à la hampe.
Description [modifier]
Le drapeau belge se compose de trois bandes d'égale largeur, noire, jaune et rouge, placées verticalement, et de proportions telles que la longueur du drapeau est à sa hauteur comme quatre est à trois.
L'ancienne disposition horizontale des couleurs fera une dernière fois son apparition vers septembre 1832 lorsqu'un arrêté royal octroie des drapeaux d'honneur, non destinés à être arborés, à cent communes qui s'étaient distinguées lors de la libération du territoire. Ces drapeaux commémorant les journées de 1830 respectent logiquement la disposition horizontale primitive des couleurs : trois bandes verticales noir, jaune et rouge.
Les couleurs du drapeau belge sont celles de l'écu de l'ancien duché de Brabant. Il représentait un lion d'or (jaune) sur fond de sable (noir), griffes et dents de gueules (rouge).
Sources
J. Cuvelier, Le drapeau de la Belgique, Bruxelles, 1927, dans le Bulletin de l'Académie de Belgique, 5e série, tome XIII, pp. 234-260.
• A. de Guerlache de Gomery, Comment naquit notre drapeau, dans Revue belge, n° spécial de septembre 1930.
• L. Lecomte, Comment naquit notre drapeau, dans Carnet de la Fourragère, 2e série, n° 6, pp. 481-493.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 317
Age : 60
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 04/04/2005

MessageSujet: Yes, aricot vert !   Mar 11 Déc 2007 - 19:19

En gros, ta réponse est exacte. A vrai dire, je ne l'attendais plus étant donné que j'avais oublié que je l'avais posée !
Le seul (très) petit défaut c'est que la réponse est trop bruxelloise. A Verviers, par exemple, ils eurent un mal de chien à extirper le drapeau bleu-blanc-rouge. Mais ils ne purent jamais les empêcher de chanter la Marseillaise ! En fait, il est vrai que c'est d'abord le drapeau français qui fut arboré, soit-disant, par des agents étrangers. Puis on confectionna, à la hâte, un drapeau tricolore aux lignes horizontales. Mais, c'est le peuple qui fit la révolution. les bourgeois, paniqués, s'étaient réfugiés à Valenciennes. Pas besoin donc d'agents étrangers pour aimer la France ! Et le peuple, c'est le drapeau ROUGE qu'il déploya.
Il faudra, un jour, que je mette à raconter la révolution belge telle qu'elle s'est passée. Vraiment.
La Brabançonne, c'est bon. C'est, sans doute, l'un des plus pompiers hymnes nationaux, mais l'histoire est exacte. Conçue dans l'urgence, c'est le moins que l'on puisse dire, fallait pas s'attendre à une oeuvre de génie. Ils n'avaient pas Lennon et McCartney sous la main. Tu vois ça d'ici, "Imagine" ou "Working Class Hero" comme hymne national ? Au moins Leterme ne se tromperait plus quand on l'interroge pour "Radio Mille Collines", le con !
Lui, son truc, c'est plutôt "Wallen buiten" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acide.skynetblogs.be
antrc9
Nouveau


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 02/06/2011

MessageSujet: Un Flamand   Jeu 2 Juin 2011 - 23:21

elcarolo a écrit:
Bin patrice, mes connaissances en histoire acquisent à l'école St Martin (Quand Michel y étais directeur) et au Collège Notre Dame de Bon Secours.

Je suis flamand, probablement à Votre grand dam, mais je me permets de Vous faire un bras d'honneur.

J'avais 14 ans, collège St. Josef à Turnhout (Jésuites). Autre collège à Turnhout, pour filles: Het Heilig Graf (Le Saint Sépulchre).

Un week-end, le chauffeur de mon père avait ordre de me faire accompagner d'une jeune fille de mon äge, J.v.d.L (Collège H. Graf), le chauffeur de son père, à elle, étant malade.

Nous sommes en 1964. Nous prenons place à l'arrière de l' Armstrong-Siddeley de mon papa et, en cours de route, J. m'apprend une version un peu cochonne de "La Brabançonne".

La voici:

Je me souviens quand j'étais jeune fille
d'un beau garçon qui passait par bonheur
Il me trouva si jeune et si gentille
qu'il me fit voir sa grosse pine en chaleur

Et tout d'un coup sous mes jupons s'élance
l'énorme queue qu'il avait dans sa mian
Il déchira mon voile d'innocennce
Et voilà pourquoi je suis faite putain (bis).

an.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 317
Age : 60
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 04/04/2005

MessageSujet: Cher ami flamand   Dim 12 Juin 2011 - 1:53

Vous êtes Flamand ? Ce n'est, a priori, pas un défaut. Si vous êtes flamingant, c'est une tare. Tous les nationalismes sont une tare.
Vous me faites un bras d'honneur ? C'est votre problème. Je m'interroge cependant. Pourquoi ? Parce que j'ai écrit que la Brabançonne était mal foutue ? Je maintiens. C'est une pâle copie de la Marseillaise jusque dans le titre. La Belgique méritait mieux.
Oubliez-vous qu'en 1830, l'État belge ne possédait rien. Pas de monnaie (nous allons utiliser le franc français, le franc germinal jusqu'en 1865 et pour la monnaie jusqu'au début du 20ème siècle), pas d'armée (ce sont les Français qui vont refouler la contre-attaque hollandaise à Hal), pas de constitution, pas de drapeau, nous ne savions même pas si la Belgique serait une République ou un Royaume, et quand les constituants ont choisi la monarchie, personne ne voulait être roi. Il fallut que la Reine Victoria oblige son oncle, Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha, à accepter le trône. Lui il préférait la Grèce.
Nous n'avions même pas de finances pour assurer l'existence du pays. Ce sont encore les Français qui ont assuré le financement de la Belgique.
Et bien sûr, nous n'avions pas d'hymne national. Dans l'urgence, on adopta la Brabançonne comme on accepta, dans l'urgence, l'hymne wallon qui est encore pire !
Vous êtes partisan de l'unité de la Belgique ? Moi aussi. Je ne suis pour le rattachement à la France que dans le cas de la disparition de la Belgique où ce sont, quoi qu'ils en disent, les Flamands qui ont le plus à perdre. En effet, la disparition du pays entraînerait la disparition de la Sécurité sociale, but ultime de la NV-A et du VB et sans doute d'une partie du CD&V et de l'Open VLD. Ordre du VOKA. Pour nous, Wallons, nous avons toujours le loisir de nous rattacher à la République française et de jouir de leur Sécu. Mais vous, Flamands, qui viendra à votre secours ? Les Néerlandais ? J'en doute. Les Allemands ? Si oui, le VNV, presque 70 ans après la guerre, aura finalement gagné la partie. Sombre perspective.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acide.skynetblogs.be
Bonnemine
insatiable
avatar

Nombre de messages : 380
Age : 61
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 03/04/2005

MessageSujet: Flamand ?   Mer 13 Juil 2011 - 20:40

Vous êtes Flamand ? C'est bien.
Vous écrivez en français impeccable....
Et vous alliez à l'école avec un chauffeur ....
Bigre ! vous êtes dans les nantis, sans doute de la classe bourgeoise des flamands que votre petit peuple a confondu avec les Wallons.
Moi, je me définis comme européenne. Je vis en Wallonie mais mon père était de chez vous.
Un petit ouvrier dont le père avait trouvé du travail dans les ateliers de confection de Binche.
Arrêtez je vous prie de nous croire vindicatifs face au peuple flamand. Vous avez tout faux.
Vous vous êtes laissés manipuler par la classe politique et les médias. Pourquoi cette frustration ?
Pourquoi cette haine ?
Depuis que des torrents d'injures nous parviennent de Flandre, il est vrai que, personnellement, je ne rêve que d'un divorce.
Il n'est pas agréable de se faire cracher dessus. Eh oui, cela nous est arrivé. Tout simplement parce que nous n'avions pas compris la demande d'un des vôtres. Il est vrai que le néerlandais appris à l'école ne sert plus à rien. VoS langueS ont tellement évolué que, désolée, je ne vous comprend plus.
Nous avons des connaissances flamandes et heureusement, il existe encore des gens sensés qui peuvent respecter l'autre communauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Question aux Belgicains   

Revenir en haut Aller en bas
 
Question aux Belgicains
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une question en orthographe/conjugaison?
» Diacre question
» question nuit / sieste bébé 3 mois
» La grosse question qui tue, c'est par ici...
» question bateau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHLEM : à propos d'histoire :: Public :: Discutons Histoire :: l'histoire en général-
Sauter vers: