CHLEM : à propos d'histoire

Histoire locale de Leval-Trahegnies, Epinois et Mont-Sainte-Aldegonde
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une ode au pain pour notre meunier !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pascal
Nouveau


Nombre de messages : 1
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: Une ode au pain pour notre meunier !   Mar 15 Jan 2008 - 15:35

« On a tort de prétendre que ce qui fait la noblesse du pain, c’est qu’il se suffit à lui-même en même temps qu’il accompagne tous les autres mets. Si le pain « se suffit à lui-même », c’est parce qu’il est multiple, non pas en ses sortes particulières mais en son essence même car le pain est riche, le pain est plusieurs, le pain est microcosme. En lui s’incorpore une assourdissante diversité, comme un univers en miniature, qui dévoile ses ramifications tout au long de la dégustation. L’attaque, qui se heurte d’emblée aux murailles de la croûte, s’ébahit, sitôt ce barrage surmonté, du consentement que lui donne la mie fraîche. Il y a un tel fossé entre l’écorce craquelée, parfois dure comme de la pierre, parfois juste parure qui cède très vite à l’offensive, et la tendresse de la substance interne qui se love dans les joues avec une docilité câline, que c’en est presque déconcertant. Les fissures de l’enveloppe sont autant d’infiltrations champêtres : on dirait un labour, on se prend à songer au paysan, dans l’air du soir ; au clocher du village, sept heures viennent de sonner ; il essuie son front au revers de sa veste ; fin du labeur.
A l’intersection de la croûte et de la mie, en revanche, c’est un moulin qui prend forme sous notre regard intérieur ;la poussière de blé vole autour de la meule, l’air est infesté de poudre volatile ; et de nouveau changement de tableau, parce que le palais vient d’épouser la mousse alvéolée libérée de son carcan et que le travail des mâchoires peut commencer.
C’est bien du pain mais ça se mange comme du gâteau ; mais à la différence de la pâtisserie, ou même de la viennoiserie, mâcher le pain aboutit à un résultat surprenant, à un résultat … gluant. Il faut que la boule de mie mâchée et remâchée finisse par s’agglomérer en une masse gluante et sans espace par où l’air puisse s’infiltrer ; le pain glue, oui, parfaitement, il glue. Qui n’a jamais osé malaxer longuement de ses dents, de sa langue, de son palais et de ses joues le cœur du pain n’a jamais tressailli de ressentir en lui l’ardeur jubilatoire du visqueux. Ce n’est plus ni pain, ni mie, ni gâteau que nous mastiquons alors, c’est un semblant de nous-mêmes, de ce que doit être le goût de nos tissus intimes, que nous pétrissons ainsi de nos bouches expérimentées où la salive et la levure se mêlent en une fraternité ambiguë.

Autour de la table, nous ruminions tous consciencieusement et en silence. Il est tout de même de curieuses communions… Loin des rites et des fastes des messes instituées, en deçà de l’acte religieux de rompre le pain et d’en rendre grâce au Ciel, nous nous unissions pourtant en en une communion sacrée qui nous faisait atteindre, sans que nous le sachions, une vérité supérieure, décisive entre toutes. Et si quelques-uns parmi nous, vaguement conscients de cette oraison mystique, l’attribuaient futilement au plaisir d’être ensemble, de partager une gourmandise consacrée, dans sa convivialité et la relaxation des vacances, je savais qu’ils ne se trompaient que faute de mots et de lumières pour dire et éclairer une telle élévation. Province, campagne, douceur de vivre et élasticité organique : il y a de tout cela dans le pain, dans celui d’ici comme dans celui d’ailleurs. C’est ce qui en fait, sans l’ombre d’un doute, l’instrument privilégié par où nous dérivons en nous-même à la recherche de nous-mêmes. »

Extrait de : « Une Gourmandise », de Muriel Barbery in Folio, Gallimard, 2000

De la part de Pascal Burgeon, Bruxelles, à l'attention toute spéciale du Meunier du village ! Il existe dans la même oeuvre, des descriptions aussi détaillées de la dégustation d'un peu de tout (tomate, PDT, etc etc)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnemine
insatiable
avatar

Nombre de messages : 380
Age : 61
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 03/04/2005

MessageSujet: Ode au pain   Mar 15 Jan 2008 - 18:32

Ode au pain
Il est certain que le pain tient le premier rang entre les choses qui donnent nourriture à l'homme. Qu'ainsi soit, nous voyons que la plus part des autres «viandes» tant soyent elles aggreables au goust, bien apprestees & assaisonnees de bonnes saulses, apportent le plus souvent un desgoutement & desdain de soy; le pain seul ne desplaist jamais, soit en sante ou maladie, c'est le dernier appetit perdu, & le premier recouvert en maladie; en sante c'est le premier & dernier manger, plaisant & aggreable en toute sorte de repas. Aussi certainement le pain, par un benefice esmerveillable de nature, est doué de toutes les saveurs, qui particulierement incitent et allechent chacune viande d'estre mangee.

Titre : L'agriculture et la maison rustique
Auteurs: Charles Estienne et Jean Liébaut
Éditeur :Jacques Dupuys
Publication : 2e édition, 1578.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnemine
insatiable
avatar

Nombre de messages : 380
Age : 61
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 03/04/2005

MessageSujet: Le cramique   Mar 15 Jan 2008 - 18:48

J'ai profité de cette ode au pain pour insérer la recette du cramique dans la rubrique " Recette du Terroir " ! Miam Miam !
C'était toujours fête à la maison quand Maman mettait à table un bon cramique tout "frais".
Le beurre était "plafonné" sur les tartines ! Un régal !
Bonnemine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filsix
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 854
Localisation : Leval
Date d'inscription : 03/04/2005

MessageSujet: Re: Une ode au pain pour notre meunier !   Ven 25 Jan 2008 - 15:41

Bonnemine a écrit:
Miam Miam !
C'était toujours fête à la maison quand Maman mettait à table un bon cramique tout "frais".
Le beurre était "plafonné" sur les tartines ! Un régal !
Bonnemine

Moi aussi j'adore ce pain tout comme le craquelin...

Merci Bonnemine pour la recette

_________________
Bonjour chez vous !

Filsix
Site admin



Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://users.skynet.be/judo_msa
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une ode au pain pour notre meunier !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une ode au pain pour notre meunier !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Pain pour notre terre"/ Choeur Di Angélis Montréal
» Pain donné pour notre vie
» Raymond Panikkar, une christophanie pour notre temps
» POUR NOTRE CHERE MADAME DUPUY !
» Divers livres sur les prophéties pour notre temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHLEM : à propos d'histoire :: Public :: Le CHLEM au jour le jour :: Notre revue-
Sauter vers: