CHLEM : à propos d'histoire

Histoire locale de Leval-Trahegnies, Epinois et Mont-Sainte-Aldegonde
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Carnaval !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bonnemine
insatiable
avatar

Nombre de messages : 380
Age : 61
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 03/04/2005

MessageSujet: Carnaval !   Dim 7 Fév 2010 - 13:27

La transgression en fête
CARNAVAL
Aurélie Louchart pour Evene.fr - Février 2010


Pendant quelques jours, plus de règles ou de hiérarchie. A carnaval, la société effectue une joyeuse catharsis. Quelles sont les origines de ces transgressions ? Leur vitalité se révèle-t-elle intacte ? Tour d'horizon des carnavals de Venise, Rio et Québec pour redécouvrir une tradition plus riche qu'on ne l'imagine.


Comme la plupart des fêtes en Occident, le carnaval est né d'un syncrétisme entre célébrations religieuses et païennes. A l'origine, plusieurs festivités datant de la Rome antique : les Bacchanales, des fêtes orgiaques nocturnes réservées aux femmes, les Lupercales, des fêtes de purification, et les Saturnales, festivités où les esclaves devenaient maîtres, et les maîtres, esclaves. Célébrée en France jusqu'au XVIIe siècle, la Fête des fous, pendant laquelle le bas clergé remplissait le rôle du haut clergé, semble aussi avoir laissé son empreinte sur le carnaval. La modification des rôles traditionnels se retrouve dans toutes ces célébrations : le temps de la fête, l'ordre des choses est inversé, le chaos est roi, la réalité quotidienne suspendue. Les frustrations de la population sont expulsées, permettant de mieux rétablir l'ordre dès la fin des réjouissances. Ces fêtes au rôle cathartique s'avèrent indispensables au fonctionnement d'une société. Pour Jean Duvignaud, sociologue, en tant que fête d'opposition à l'ordre et aux pouvoirs, le carnaval s'inscrit clairement dans la lignée de ces "fêtes du dérèglement tribal". En outre, le carnaval représente une des formes les plus totales de la fête, du fait de son caractère comique : la "vérité du rire", universelle, entraîne tout le monde. "On donne ici le signal que chacun peut être aussi déraisonnable et fou qu'il le souhaite, et qu'en dehors des horions et des coups de couteau, tout est permis. La différence entre les grands et les petits semble abolie pendant un instant. (...) L'impertinence et la liberté réciproques sont contrebalancées par une bonne humeur générale." (1) Goethe décrit ici un carnaval de Rome dont on voit aisément la filiation avec les fêtes païennes, une filiation qui ne serait complète sans l'incidence chrétienne.


La folie avant l'ascèse

Avec l'avènement du christianisme, les célébrations païennes ont été amenées à disparaître sous leur forme originelle, pour renaître avec un vernis chrétien. Si le carnaval peut commencer à différentes dates, il se termine toujours le soir de Mardi gras, soit la veille du premier jour de carême. Pendant quarante jours, le croyant devra ensuite jeûner, en souvenir des quarante jours passés par le Christ dans le désert. Cette période lui permet également de se recentrer sur sa foi. A la différence du ramadan musulman, le jeûne chrétien permet de manger et boire durant la journée, mais les nourritures riches et les rapports sexuels, même dans un cadre conjugal, sont totalement proscrits pendant les quarante jours. Ainsi avec carême, les chrétiens entraient dans une véritable période d'ascèse. Mardi gras était le dernier jour de plaisirs terrestres avant une longue frustration. On en profitait pleinement, mangeant tout ce qui allait être interdit par la suite : viande, oeufs... Le mot "carnaval" viendrait d'ailleurs des termes italiens carne (chair, viande) et levare (enlever, ôter) : carnelevare, enlever la viande. Aujourd'hui, le caractère religieux du carnaval s'est affadi. Comme Noël, il est devenu une festivité laïque. Qu'en est-il de son caractère cathartique ? Petit tour des carnavals de Venise, Rio et Québec pour en savoir plus.


Venise : grandeur et décadence

Venise est certainement le premier nom qui vient à l'esprit lorsqu'on évoque le carnaval. Et pour cause : on dit qu'au XVIIIe siècle la cité connut jusqu'à 6 mois de carnaval par an ! Officialisé par le Doge au XIe siècle, le carnaval prit de l'ampleur au fil des années, en même temps que la Sérénissime. A l'origine, les Vénitiens enfilaient une longue cape noire, le tabarro, et dissimulaient leur identité derrière un tricorne et un masque blanc, la larva. Avec le temps, les costumes évoluèrent en s'inspirant de ceux de la commedia dell'arte, tout en conservant leur rôle d'origine : l'effacement libérateur de l'identité. Point de distinction entre acteurs et spectateurs pendant Carnaval. Selon l'analyse de l'historien Mikhaïl Bakhtin : "Pendant toute la durée de la fête, personne ne connaît d'autre vie que celle du carnaval. Impossible d'y échapper, le carnaval n'a aucune frontière spatiale." (2) La cité, aux règles déjà souples pour l'époque, n'était que liberté et fête durant cette période. Mais l'apogée du carnaval, au XVIIIe siècle, coïncide avec les dernières heures de la cité. En 1797, Venise tombe sous le joug de Napoléon Bonaparte, qui interdit la fête. Les Autrichiens réhabiliteront le carnaval quelques années plus tard, mais il ne retrouvera plus jamais son ampleur d'antan. Aujourd'hui, un flot continu de touristes parcourt la cité lacustre tout au long de l'année, mais peu de Vénitiens vivent encore dans la ville : 60.000 habitants contre quatre à cinq fois plus au XVIIIe siècle. Pendant le carnaval, cet engouement pour Venise prend des proportions folles. Conséquence : à cette période, les Vénitiens quittent la ville. Un comble puisque comme le soulignait Goethe dans 'Voyage en Italie' : "Le carnaval est une fête qui n'est pas donnée au peuple mais que le peuple se donne à lui-même." (3) A Venise, le carnaval est désormais un événement marketing organisé pour les touristes et non pour et par les Vénitiens : la fête est finie. Lire la suite de La transgression en fête »

(1) Goethe, 'Voyage en Italie', 1788.
(2) Mikhaïl Bakhtin, 'L'Oeuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance', 1965.
(3) Goethe, Ibid.

Rio : les pauvres au pouvoir

De l'autre côté de l'Atlantique, le carnaval de Rio est lui aussi devenu une formidable machine à faire de l'argent. Cependant, l'événement a réussi à effectuer sa mutation sans rien perdre de son sens. Les Cariocas continuent de s'amuser, de se déguiser et, surtout, de danser. La mairie s'est contentée de canaliser leur ferveur spontanée. Tous les ingrédients d'un véritable carnaval répondent présents, notamment le caractère exutoire des festivités et l'inversion des rôles. En effet, comme le souligne Alessandra Cabral, professeur de samba : "Pendant le carnaval, les exclus de la société deviennent rois. Les rôles s'inversent, ce sont les habitants des favelas, et non plus l'élite, qui donnent des ordres." (4) L'inversion des rôles est particulièrement forte lors du carnaval de Rio puisqu'elle n'apparaît pas seulement par jeu : ce sont les habitants des favelas qui organisent les défilés. Un habitant du quartier huppé de Copacabana obéira ainsi aux consignes d'un Carioca des bidonvilles s'il souhaite défiler. Le carnaval joue ici pleinement sa fonction de régulateur social, tel un "exutoire ludique" aux diverses tensions qui traversent la société. En outre, l'image de marque du Brésil est largement basée sur le carnaval, carnaval qui n'existerait pas sans la samba. Or, la samba est né et vit dans les quartiers populaires. Le carnaval permet donc une prise de pouvoir symbolique très forte des plus pauvres. Et recrée ainsi du lien dans une société morcelée.


Québec : braver le froid

Troisième plus grand carnaval au monde avec 730.000 visiteurs, le carnaval de Québec festoie d'une manière toute singulière. Né en 1954, ce jeune carnaval est globalement un spectacle que l'on regarde sans y participer, du moins, en apparence. Les gens ne se déguisent pas, l'événement n'est pas très festif, plutôt familial et consensuel. La transgression est exclue des festivités. Le caractère carnavalesque semble parfaitement absent. En réalité, il ne l'est pas. Dans un pays où les températures descendent fréquemment jusqu'à -20 °C au moment du carnaval, le caractère carnavalesque réside dans le fait de braver l'hiver. Comme l'explique Fanny Bannet dans son étude anthropologique du carnaval de Québec : "C'est dans le fait de sortir s'amuser malgré le froid glacial que se font le détournement et l'inversion typiquement carnavalesques." (5) L'entité à renverser n'est plus l'ordre social, mais le climat, qui reprendra le dessus dès la fin de l'événement. En outre, pendant les dix-sept jours de festivités, l'égalité est reine, puisque face au froid, quelles que soient leurs origines sociales ou géographiques, les hommes sont tous physiquement démunis. Les différences et inégalités sont donc bel et bien suspendues pendant le carnaval. Les spectateurs, de prime abord passifs, participent donc en fait activement au carnaval du simple fait de leur présence dans le froid.

Venise, Rio, Québec, trois grands carnavals, trois identités. Nulles obligations, toutefois, de se rendre aussi loin pour vivre le carnaval. La plupart des villes françaises organisent le leur. Certes plus modestes, ils n'en sont pas moins carnavalesques. Or, la meilleure façon de connaître le carnaval est encore de goûter à son parfum de liberté. Alors n'attendez plus pour enfiler le masque.

(4) Entretien réalisé par l'auteur en février 2009.
(5) Fanny Bannet, 'Etude anthropologique du carnaval de Québec', 2009.

Aurélie Louchart pour Evene.fr - Février 2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kasprzak janek
insatiable
avatar

Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Carnaval !   Jeu 11 Mar 2010 - 19:44

pour leval y à un peux d'info à venir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP
insatiable


Nombre de messages : 419
Age : 67
Date d'inscription : 25/11/2007

MessageSujet: Re: Carnaval !   Ven 12 Mar 2010 - 11:33

J'ai regardé les video's Leval 2010 sur internet.Me semble que l'ancien esprit est à chercher très loin.
Musique's faux à pleurer,trôp de fantasie....
Gilles et paysan's qui se baladent sans tambour...

Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kasprzak janek
insatiable
avatar

Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Carnaval !   Ven 12 Mar 2010 - 18:37

eh oui jp surtout les battries ça devient grave

pour info , j'ai sauvé in-extremis de rareté sur le carnavals de leval notament (pleins d'article de presse sur les gilles du centre et recalcitrant ) mais bonemine et son gentil maris à qui j'ai remis les articles , vous ferons j'en suis sure profiter de ces bouts d'histoire locale .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnemine
insatiable
avatar

Nombre de messages : 380
Age : 61
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 03/04/2005

MessageSujet: carnaval   Ven 12 Mar 2010 - 21:29

Oui, en effet. Merci encore mille fois à toi Janek.
Nous montrerons en prochaine réunion de notre Cercle d'histoire les photos et articles que tu as sauvé.
Heureusement qu'il y a encore des gens sensés comme toi sinon nous aurions beaucoup de mal à raconter notre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kasprzak janek
insatiable
avatar

Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Carnaval !   Dim 14 Mar 2010 - 6:57

de rien c'est normale , j'aime mon village et son histoire

éspéront qu'encore beaucoups de document et photos sur leval dorment ,
encore et qu'ils pourront être récupérer.

ps: heureusement la personnes , qui les à détenus était minutieuses et détaillés + datés les articles et photos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP
insatiable


Nombre de messages : 419
Age : 67
Date d'inscription : 25/11/2007

MessageSujet: Re: Carnaval !   Sam 1 Mai 2010 - 12:33

Et hop........

http://cartes-postales.delcampe.be/page/list/language,D,cat,9082,var,Postkaarten-Europa-Belgie-Henegouwen-Binche.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnemine
insatiable
avatar

Nombre de messages : 380
Age : 61
Localisation : Leval-Trahegnies
Date d'inscription : 03/04/2005

MessageSujet: Delcampe   Dim 2 Mai 2010 - 12:05

Merci mais nous connaissons depuis longtemps le site Delcampe ! Une mine d'or, c'est certain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filsix
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 854
Localisation : Leval
Date d'inscription : 03/04/2005

MessageSujet: Re: Carnaval !   Sam 12 Juin 2010 - 17:33

il y a aussi Roland ! Laughing

_________________
Bonjour chez vous !

Filsix
Site admin



Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://users.skynet.be/judo_msa
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carnaval !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carnaval !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un carnaval a la fac ?
» Carnaval
» Tradition du Carnaval
» Beignets de carnaval ?
» CARNAVAL DE VENISE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHLEM : à propos d'histoire :: Public :: Discutons Histoire :: l'histoire en général-
Sauter vers: