CHLEM : à propos d'histoire

Histoire locale de Leval-Trahegnies, Epinois et Mont-Sainte-Aldegonde
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 1914

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
aricover
insatiable


Nombre de messages : 257
Localisation : Brabant flamand
Date d'inscription : 07/11/2007

MessageSujet: 1914   Ven 12 Sep 2014 - 11:29

Le 23 Août 1914 - Les Anges de Mons

Avec un arc et des flèches contre les canons allemands.

A Mons a lieu, pour la première fois, un premier affrontement sérieux entre les troupes britanniques et allemands.
Pendant la nuit, l'ange Saint-Georges serai venu en aide aux Britanniques encerclés. La bataille de Mons reçoit alors des allures mythiques en Grande-Bretagne.

Le soldat Sidney Frank Godley du Royal Fusiliers est abasourdi quand il voit avancer l’infanterie allemande en lignes compactes de l’autre côté du canal. Il est neuf heures dimanche matin, le brouillard plane encore sur les champs, mais il a promesse d’une belle journée. La compagnie de Godley s’est retranchée la veille près du pont de chemin de fer de Nimy. Derrière eux, le beau beffroi montois tranche sur l’horizon.
Les ‘Royal Fusiliers’ font partie de la Force expéditionnaire britannique, une petite et bien entrainée armée professionnelle de 80 000 soldats aguerris et lourdement armés. Cette troupe a débarqué une semaine plus tôt dans le nord de la France suite à l’accord franco-britannique stipulant qu'aucun des deux pays ne laissera impunie la violation de la neutralité belge.
Le corps expéditionnaire britannique veut se retrancher ici, à Mons, derrière le canal de Mons à Condé et le Canal du Centre pour stopper l'avance de la première armée allemande pendant au moins 24 heures. La Ve armée française a pris position à l’ouest entre la Sambre et la Meuse. Les jours précédents il y avait déjà eu lieu quelques escarmouches entre cavaleries britannique et allemande.
Il y a deux jours que le soldat Edward Thomas a tiré à Casteau le premier coup de feu britannique depuis Waterloo.

Indéfendable

Les Allemands sont surpris par la présence des Britanniques mais ces derniers sont eux-mêmes surpris par l’ampleur de l’armée allemande ( à trois contre un) et par la puissance de feu écrasante de leur artillerie.
Mais pour l'instant, Frank Godley , regarde surtout avec incrédulité la masse compacte et bien visible des uniformes gris qui approche lentement à travers champs.
A l’ordre de tirer, l'infanterie britannique ouvre le feu sur les attaquants. Leur Lee Enfield est le meilleur fusil du monde ; les soldats entrainés tirent quinze à vingt coups au but par minute à 270 mètres. Les soldats allemands ont l’impression de se précipiter sur un mur de feu tiré par des mitrailleuses.
Malgré tout, les Britanniques ne peuvent résister aux forces allemandes trop nombreuses. Leur position dans un coude du canal est pratiquement indéfendable ; elle est sous le feu de trois côtés. Peu après midi, l’ordre est donné de retraiter.
Le lieutenant Dease, qui servait une mitrailleuse, est blessé pour la cinquième fois et évacué. Le soldat Godley prend sa place et couvre pendant plus de deux heures la retraite de ses camarades. Après être blessé aussi, il a encore la force de jeter la mitrailleuse dans le canal avant d'être fait prisonnier. Godley et Dease recevront après la guerre la plus haute distinction britannique pour bravoure, la Victoria Cross.

Arc et flèches

Le front britannique est rompu en différents endroits sur le canal. Disciplinés et combattant durement, les divers bataillons de la force expéditionnaire se replient sur une nouvelle ligne de défense. Les Britanniques pensent pouvoir s’y maintenir vu les lourdes pertes qu’ils ont fait subir aux Allemands. Chez l'ennemi, la prise de conscience se fait jour que Paris est encore loin.
A deux heures du matin, une mauvaise nouvelle atteint le Q-G. des Forces expéditionnaires britanniques : les lignes françaises sur la Sambre sont enfoncées ! Les Britanniques sont maintenant menacés d’encerclement et de destruction ; le chaos et la confusion menacent.
Un caporal anonyme racontera un an plus tard :"Mais à ce moment arrive un officier très troublé qui nous demande si nous n’avons rien vu d'étrange. Il pointe son doigt vers le ciel et je vois très clairement une lumière bizarre dans laquelle je reconnais trois formes. Celle du milieu semble avoir des ailes déployées".
Ce seraient des anges qui, armés d'un arc et de flèches sont sous le commandement de Saint George. Ils auraient contenu l'avance allemande suffisamment longtemps que pour assurer la retraite stratégique des Forces expéditionnaires britanniques.

Propagande

L'histoire des anges est apparue pour la première fois dans une fiction d'Arthur Machen parue le 29 Septembre 1914 dans le London Evening Niews, mais va bien vite mener sa propre vie. Plusieurs soldats vont ensuite confirmer qu'ils ont effectivement été sauvés cette nuit fatidique du 23 le 24 Août 1914 par des anges. Hallucinations? Psychose collective? Délire de soldats gravement blessés ou en état de choc?
Les Anges de Mons se développent jusqu’à devenir l'un des plus forts mythes britanniques de la Première Guerre mondiale. Des prêtres racontent l'histoire en chaire et des spiritualistes l’impriment en milliers d’exemplaires. Des artistes ont repris la légende à l'écran, dans la musique et sur toile.
La propagande de guerre britannique, à la recherche urgente de chair à canon fraiche, va utiliser l'hystérie collective comme la preuve bienvenue que Dieu a choisi le camp des Alliés.



traduction article de LIEVEN SIOEN dans journal DE STANDAARD du 23-24 août 2014 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
1914
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Pie X. 27 mai 1914
» Les jours heureux d'avant 1914
» 1914 et la génération qui ne devait pas passer...
» 1914 ????
» Avions britanniques 1914-1918

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHLEM : à propos d'histoire :: Public :: Discutons Histoire :: l'histoire en général-
Sauter vers: